Centre Social de Plérin, la construction d’un nouvel art du Vivre Ensemble ! Ou le fait de « passer une bonne journée avec des gens charmants »

12 juin 2015

Avec le soutien de la Fédération des Centres Sociaux, les bénévoles et les professionnels du Centre Social de Plérin se sont réunis le samedi 30 mai 2015, de 9h30 à 16h30 pour une journée de convivialité et de travail. Au menu, un focus sur les engagements, une première ébauche de règlement de fonctionnement et une réflexion sur notre Charte d’engagements réciproques. Et bien sûr des temps pour se rencontrer, faire connaissance et déguster les spécialités de chacun.

Photo de groupes

La finalité des journées de bénévoles est la construction d’une équipe de travail, la création d’un terrain d’expériences et d’expression de l’intelligence collective, et la définition du rôle de chacun dans un espace de coopération où l’altérité est une richesse.

A l’aide de brique en carton, de post-it de couleur et 3 questions, nous avons bâti les fondations de l’édifice « Centre Social » qui repose sur la somme de nos engagements.Boites
3 bénévoles engagés ont témoigné :
Nadège, jeune maman, adepte du tricot a connu le Centre Social par le biais des tricoteuses, elle indique y avoir trouvé un lieu convivial et accueillant et s’engage aujourd’hui dans le groupe parentalité « être parents, quelle aventure ! » Gérard, recherchait un lieu pour rompre son isolement, il a poussé la porte du Centre social il y a 6 mois. Aujourd’hui, toujours prêt à donner un coup de main, il participe aux groupes carnaval et vacances.

Isabelle, nouvelle habitante de Plérin, est venue au Centre Social pour un rendez-vous, et en entendant ce qui se passait à l’accueil a eu envie d’aller plus loin. Aujourd’hui elle prend une part active dans les activités du Centre Social, et elle est force de propositions.

echangeEn fin de matinée et en petits groupes, les participants ont travaillé sur le règlement de fonctionnement à partir des valeurs de respect, solidarité et démocratie. Pour ce faire, nous sommes repartis des réflexions menées lors d’une précédente journée de travail.
Ce temps a été introduit par des scénettes vidéo réalisées par l’équipe de professionnels, qui n’ont pas manqué d’humour pour illustrer l’importance de l’élaboration d’un règlement.

Après une matinée productive et la célèbre photo souvenir, nous avons partagé notre déjeuner. Chaque personne y a contribué par l’apport de sa spécialité pour concocter « La ronde des desserts plérinais ».
Le temps du repas est un moment fondamental dans ces journées, pour faire connaissance et échanger de manière plus informelle.

jeux1Chacun a pris part aux services nécessaires à la réussite de la journée (accueil, rangement, vaisselles, installation des locaux…)
Et avant de se remettre au travail, une bonne partie de Molkky pour profiter du soleil a été bien appréciée.

Une après-midi consacrée à la Charte d’engagements réciproques, à la restitution des groupes de travail et au célèbre cocktail de l’engagement, où nous avons été rejoints par Madame Daniel, élue à la Démocratie Participative, chargée du suivi du Centre Social pour la Ville de Plérin.

Les perspectives de cette journée : lancement des commissions, de deux groupes de rédaction : l’un pour la Charte, l’autre pour le règlement de fonctionnement… et l’enthousiasme de tous pour recommencer dès le mois de novembre 2015 !yqey

Les bénévoles ont apprécié selon leurs mots :
« Une journée enrichissante avec une bonne ambiance et de la convivialité ! »
« Un Centre Social qui permet des aides essentielles quand on a des soucis ! »
« Travailler en petits groupes pour permettre à chacun de s’exprimer et une qualité d’écoute »
« Le fait de se retrouver entre personnes concernées et le désir de faire vivre le Centre Social »


Une semaine pour la liberté d’expression

11 juin 2015

L’équipe de Carré d’As , le Centre Social de Morlaix, nous offre ici l’occasion de revenir quelques semaines en arrière …

P1080188

Le 7 janvier 2015, aux alentours de 11 heures l’information de l’attaque épouvantable nous parvient par téléphone.

Alors le Centre Social Carré d’As a décidé de réagir. Dans un premier temps, nous avons rédigé un communiqué envoyé à nos adhérents et nos partenaires par mail et publié sur notre site internet. Immédiatement l’envie de réagir au delà d’une indignation écrite a été largement partagée par l’équipe bénévole et salariée. Avant toutes choses, nous nous sommes reposés la question du “Pourquoi agir”, “Quelle clé d’entrée utiliser” et “Comment animer le débat”. Nous avons également échangé sur nos craintes, nos inquiétudes et nos peurs : les réactions des citoyens et des partenaires quant à notre positionnement officiel, politique et public sur notre territoire ou bien découvrir des opinions discriminantes et racistes de certains adhérents avec qui nous coopérons depuis plusieurs années. Ce travail nous a permis de formaliser une démarche et des approches collectives pour nous soutenir les uns et les autres : l’empathie, la bienveillance, l’égalité et le refus des discriminations, aller au delà des définitions de la mémoire collective et la volonté d’aller chercher des faits concrets pour étayer et enrichir nos argumentaires, la liberté d’expression dans la limite de la loi.

Nous avons décidé d’organiser une “Semaine pour la Liberté d’expression” au Centre Social.

IMG_1147

Tous les matins une animation “Revue de Presse” où les habitants pouvaient découvrir l’ensemble de la presse écrite à disposition, ainsi que des articles de la critique des médias et débattre sur l’actualité et les médias de masse. Tout au long de cette semaine, nous avons animé un « porteur de parole » dont la question était : “Pour vous la Liberté d’expression c’est…”. De nombreux adhérents du centre et des associations hébergées ont participé, débattu et rédigé leurs opinions, le tout exposé publiquement dans le hall de notre Maison de Quartier. Puis chaque après midi nous proposions des animations différentes pour permettre le débat.Edition Semaine LE

Mardi, le « photo langage » nous a permis d’aborder la critique du dessin de presse et le sujet auquel il se rapportait.

Mercredi, l’interview mutuelle nous a permis d’aborder l’impact de tels faits sur notre jeunesse expliqué par des adultes avec des mots d’adultes, et évoquer leur vécu à la “minute de silence” dans les écoles.

 

Jeudi, la soirée conviviale autour d’un apéro dinatoire et repas partagé a rassemblé une vingtaine de personnes pour visionner le film “Fini de rire” qui raconte le combat de la “Liberté de la presse et particulièrement des dessinatrices (teurs) de presse” à l’échelle mondiale. Enfin, nous avons clôturé la soirée par un débat mouvant sur l’affirmation : “A notre échelle de toute façon on ne peux rien faire bouger !” Nous nous sommes rendu compte qu’à notre échelle nous pouvions et devions agir pour faire bouger les mentalités et que les freins étaient néanmoins nombreux, et que le débat devrait se poursuivre.

Vendredi, toute la journée nous avons mis en place un atelier d’art plastique et créatif pour mettre en forme l’ensemble des réflexions de la semaine afin d’aller les exposer à la manifestation citoyenne et culturelle organisé le dimanche sur Morlaix, où nous avons de nouveau animé notre Porteur de Paroles afin de poursuivre le débat avec encore plus de monde.

DSCF0167

 

 

Article rédigé par : Denis pour l’équipe du Centre Social CARRE d’AS à MORLAIX


Aller à la barre d’outils